Les bercement (mouvements rythmiques)

Les bercements, appelés aussi mouvements rythmiques ou mouvements rythmés, bien qu’utilisés depuis longtemps (par exemple en relaxation coréenne) ont été mis au point originellement par Kerstin Linde, une photographe qui a observé ses enfants bouger et qui a reproduit ces mouvements avec succès sur des enfants comme des adultes en grande difficulté motrice. Le docteur Harald Blomberg, psychiatre suédois, a étudié durant 3 ans auprès de Madame Linde à partir de 1985. Plus tard il rencontre le travail sur les réflexes archaïques de Peter Blythe, psychologue anglais, et surtout de Madame Svetlana Masgutova, docteur en psychologie russe, qui utilise des pressions isométriques pour réintégrer les réflexes. C’est en faisant la synthèse de ces différents experts que Blomberg a mis au point, avec l’aide de Moira Dempsey d’Australie, le RMT.1

Blomberg fait un parallèle entre les mouvements rythmés et les mouvements spontanés que font les bébés. Il fait aussi un rapprochement avec ces mouvements et ceux que font les enfants en difficultés, en particulier ceux présentant de l’hyperactivité. Il avance que les mouvements rythmiques produits par les bébés « n’influencent pas seulement les réflexes primitifs et les habiletés motrices, ils ont aussi un impact profond sur le développement du cerveau pendant toute l’enfance. Cela influence plusieurs aires du cerveau comme les émotions, les fonctions cognitives, la vision et le langage »2.

Bien que d’apparence simples, les mouvements rythmés requièrent précision et savoir faire. Ils doivent être exécutés de manière rythmée et donner une sensation de facilité. Il est important que les bercements soient fluides et ne génèrent pas de mouvements parasites au niveau des épaules, des mains, du visage… Dans l’idéal la réaction aux bercements doit être symétrique ; toute asymétrie peut indiquer la présence de réflexes non intégrés. La plupart du temps l’apprenant n’a pas conscience de faire (ou recevoir) le mouvement de manière asymétrique, il est donc nécessaire de bien observer la personne lors des bercements.

Les bercements devraient dans l’idéal être pratiqués quotidiennement, il faut y aller progressivement en augmentant petit à petit la durée (3 minutes maximum les premières fois). Tout au long des bercements, nous devons rester attentif aux signaux d’inconforts (verbaux ou non) émis par la personne.

Ces mouvements rythmés sont bons pour accroître le tonus des muscles extenseurs ce qui aide notre dos à se redresser et la tête à mieux se verticaliser. Ces mouvements donnent de très bons résultats dans l’amélioration de l’apprentissage et le docteur Blomberg les utilise pour aider les enfants présentant des troubles de l’attention et de l’hyperactivité. D’après Blomberg, les mouvements rythmés réceptifs (les bercements) auraient une action sur le tronc cérébral et des effets très positifs sur l’attention, la relaxation et l’apprentissage.

Les bercements en vidéos

1-Bercement par les pieds

2-Bercement par les genoux

3-Bercement sur le côté

4-Bercement costal

5-Bercement du bassin

6-Bercement de la tête

7-L'essuie-glace

En savoir plus...

Vous souhaitez :

dolor massa tempus ut Aliquam commodo sem, quis risus at Sed efficitur.