Les réflexes archaïques et l'apprentissage

Voyons ensemble le trio gagnant des réflexes en lien avec l’apprentissage. Autrement dit, les trois réflexes que tout enseignant, parent, orthophoniste ou toute autre personne passionnée par l’amélioration des compétences cognitives et d’apprentissage (lecture, écriture, concentration, mémorisation…) devrait connaître.

En effet, en IMP (intégration motrice primordiale) nous étudions le lien entre la maturation des réflexes archaïques des bébés et l’incidence sur notre corps, nos émotions et notre cognition (capacité d’apprentissage et de penser).

Des enfants à leur bureau qui écrivent

Le réflexe tonique asymétrique du cou

Réflexe tonique asymétrique du cou ou RTAC

Quand bébé utilise-t-il ce réflexe ?

Le réflexe tonique asymétrique du cou (ou RTAC pour les intimes) apparaît in utero et est présent jusqu’à environ six mois après la naissance du bébé.

Que fait-il faire au bébé ?

Lorsque bébé tourne sa tête d’un côté pour écouter ou regarder, automatiquement il va tendre son bras du côté où il tourne sa tête (et souvent aussi sa jambe) et prendre ainsi une position asymétrique qui fait penser à celle d’un escrimeur (c’est pourquoi ce réflexe est aussi dénommé, posture de l’escrimeur).

Quel est le rôle du réflexe tonique asymétrique du cou ?

Son rôle est majeur durant les six premiers mois après la naissance dans tous les mouvements de rotation, d’exploration, de coordination œil-main (oculomotricité). Il est essentiel pour la mise en place des mouvements droite-gauche des yeux (poursuite horizontale) et de la latéralisation correcte (droite-gauche). Il aide à mettre en place la sensation d’une droite et d’une gauche séparée et donc plus tard d’une bonne latéralité.

Comment favoriser le bon développement du RTAC chez le bébé ?

Laissez votre tout petit bouger librement (évitez les trotteurs, youpala, baby relax et autre sièges). Posez votre enfant au sol et surtout portez-le beaucoup (à bras ou en écharpe). Un autre facteur déterminant est de respecter les recommandations de l’OMS (organisation mondiale de la santé) en matière d’allaitement (c’est-à-dire allaitement exclusif durant six mois minimum).

Une photo d'antan d'un tout petit dans son trotteur en ferraille

Comment savoir si le réflexe tonique asymétrique du cou n’est pas tout à fait mature chez moi ou mon enfant ?

Demandez à la personne de se mettre à quatre pattes et de garder ses coudes détendus. Attrapez-lui gentiment la tête et faites la tourner lentement d’un côté, puis de l’autre. Si, lorsque vous faites tourner la tête de votre partenaire, celui-ci à du mal à garder ses coudes en place et qu’il fléchit le bras opposé au visage, cela signifie que le RTAC n’est pas arrivé à maturité (le réflexe est non-intégré, c’est-à-dire qu’il ne s’est pas inhibé comme il aurait dû à l’âge de six mois).

Manière d'observer le RTAC

En quoi un RTAC non mature peut m’affecter moi ou mon enfant ?

Si le réflexe tonique asymétrique du cou n’est pas pleinement mature (on utilise le mot « intégré » dans le jargon IMP), cela peut avoir un effet négatif sur la lecture, l’écriture et les compétences d’apprentissage en général. En effet apprendre (surtout à l’école) nécessite d’avoir une bonne latéralité, de pouvoir bouger librement ses yeux et de coordonner harmonieusement l’œil et la main. On retrouve presque toujours un RTAC non-intégré chez les enfants dit « dys » (porteurs de dyslexie, de dysorthographie, de dyscalculie, de dyspraxie…) ou en difficulté d’apprentissage.

Le réflexe tonique symétrique du cou

Bébé RTSC

Quand bébé utilise-t-il ce réflexe ?

Le réflexe tonique symétrique du cou (ou RTSC) est différent des autres réflexes archaïques en ceci qu’il n’est pas véritablement présent à la naissance. Il apparaît quelques mois plus tard et est pleinement présent vers six mois. En quelque sorte il prend le relais du RTAC et va contribuer à intégrer celui-ci.

Que fait-il faire au bébé ?

Lorsque bébé vers six mois est placé sur le ventre et qu’il redresse sa tête, il va simultanément pousser sur ses bras (extension) et fléchir ses jambes pour se retrouver assis comme un chat. Puis, à partir de cette position, s’il fléchit sa tête, il va aussi plier ses bras.

Quel le rôle du réflexe tonique symétrique du cou ?

Le rôle du réflexe tonique symétrique du cou est d’aider bébé à passer de la position couchée sur le ventre à la position quatre pattes. Cela lui permet de changer de position, de regarder avec ses deux yeux, de maintenir sa posture et de passer de l’unilatéralité offerte par le RTAC à la bilatéralité. Le RTSC permet aussi le contrôle des bras et des jambes en lien avec la tête.

Comment favoriser son bon développement chez le bébé ?

Comme pour le RTAC, laissez votre tout petit bouger librement (évitez les trotteurs, youpala, baby relax et autre sièges). Laissez-le crapahuter partout et explorer le monde.

Comment savoir si le RTSC n’est pas tout à fait mature chez moi ou mon enfant ?

Demandez à la personne de se mettre à quatre pattes et de garder ses coudes détendus. Demandez-lui de lentement chercher à regarder vers le haut (plafond) puis vers ses pieds (entre ses bras et ses genoux en baissant la tête). Si, lorsqu’il lève la tête ses fesses reculent comme pour s’asseoir, ou, si lorsque qu’il baisse la tête, ses bras ont tendance à fléchir, cela montre la présence d’un RTSC non mature.

Élavulation du réflexes tonique symétrique du cou (RTSC)
Élavulation du réflexes tonique symétrique du cou (RTSC)

En quoi un RTSC non mature peut m’affecter moi ou mon enfant ?

Si le réflexe tonique symétrique du cou n’est pas pleinement mature (il est donc non-intégré), cela peut avoir, comme pour le RTAC, un effet négatif sur la lecture, l’écriture et les compétences d’apprentissage en général. Le RTSC est essentiel à la mise en place de la vision binoculaire et donc à la capacité à passer du tableau (loin) au cahier (proche). Ce réflexe a aussi un rôle majeur dans la capacité à pouvoir rester assis tranquillement. Il est donc souvent non mature chez les enfants présentant des troubles dit TDAH (troubles de l’attention accompagnés ou non d’hyperactivité) car ce réflexe facilite l’attention et le contrôle moteur.

Le réflexe d'agrippement palmaire de Robinson

Un bébé avec son réflexe d'agrippement

Quand bébé utilise-t-il ce réflexe ?

Le réflexe d’agrippement palmaire (oui, il existe un réflexe d’agrippement plantaire !) apparaît très tôt dans le ventre de notre mère (vers la fin du premier trimestre de grossesse), en même temps que son équivalent des membres inférieures (plus connus sous le nom de « jambes »), le réflexe d’agrippement plantaire et que la succion.

Que fait-il faire au bébé ?

Lorsque l’on place un doigt dans la paume d’un tout petit, il va spontanément le serrer (tellement fort que l’on peut dans certains cas, soulever le bébé qui va tenir suspendu à nos doigts). Donc quand on met quelque chose dans la main d’un bébé, il l’attrape de manière automatique.

Quel est le rôle du réflexe de préhension ?

Le rôle du réflexe de préhension (un autre de ses noms) est d’attraper, d’apprendre à ouvrir et fermer la main et plus généralement d’apprendre à manipuler. Le réflexe d’agrippement fonctionne en synergie avec le RTAC. En effet, comme nous l’avons vu plus haut, lorsque bébé voit ou entend quelque chose, il va tourner sa tête vers le son ou ce qui bouge, et, de manière réflexe, étendre son bras (son membre supérieur pour les gens plus sérieux) dans cette direction. Dans certains cas cela va lui permettre d’atteindre la chose (qui est si jolie ou qui produit ce son si beau). Puis grâce au réflexe d’agrippement, il va pouvoir la saisir pour (oh joie !) la mettre en bouche.

Comment favoriser un bon développement du réflexe d’agrippement chez le bébé ?

Laissez votre tout petit attraper toutes sortes de choses et différentes textures, tailles (mais pas petites au point qu’il pourrait les avaler et s’étouffer) et formes. Faites en sorte qu’il n’ait pas que du plastique à toucher ou des matières synthétiques. C’est d’un Homo sapiens qu’il s’agit, il est conçu pour manipuler des objets naturels (bois, cailloux, végétaux, terre, herbe, animaux…). Remplacez ses jouets en plastique (très souvent toxiques par ailleurs) par d’autres en bois, donnez-lui l’opportunité de toucher et plus tard de manger avec ses mains.

Comment savoir si le réflexe de préhension n’est pas tout à fait mature chez moi ou mon enfant ?

Prenez la main de votre partenaire, demandez-lui de la détendre, puis lentement tracez ses lignes de la main. Observez si vous voyez des mouvements parasites dans la main (doigts qui bougent ou veulent se refermer). D’une manière plus anecdotique si quelqu’un vous broie la main quand il vous dit bonjour ou au contraire à la main molle, vous pouvez supposer que son réflexe d’agrippement palmaire n’est pas mature.

observation du réflexes d'agrippement (grasping)

En quoi un grasping non mature peut m’affecter moi ou mon enfant ?

En premier lieu un réflexe de grasping (son nom anglais) non intégré va affecter les compétences de graphie (écriture), de préhension (attraper) et de manipulation. Souvent la personne aura des tensions ou de la lenteur à l’écriture. Ces tensions (non consciente pour la personne) peuvent faire que l’on rejette les activités d’écriture ou de dessin. Souvent, ces tensions sont accompagnées de difficultés à orthographier et même à avoir des idées à l’écrit (rédaction).

Seulement trois réflexes en lien avec l'apprentissage ?

Dans cet article j’ai pris statistiquement les trois réflexes archaïques que l’on retrouve le plus fréquemment dans les difficultés d’apprentissage, mais il en existe de nombreux autres. Nous pourrions par exemple citer :

  • Le réflexe de Moro et son lien entre apprentissage, confiance en soi et émotions. Il permet de se sentir stable et de ne pas perdre nos moyens « sous » stress.
  • Le réflexe de reptation, essentiel pour la latéralité et la capacité à utiliser nos deux hémisphères cérébraux.
  • Le réflexe de spinal de Galant, qui permet de rester assis bien stable et concentré à son bureau (en classe ou au travail).
  • Mais aussi le réflexe de redressement de la tête pour le système visuel, le réflexe de Babinski (pied) pour le langage… et de nombreux autres (une quarantaine sont étudiés en IMP).

Que puis-je faire si mon enfant ou moi présentons un ou plusieurs réflexes non-intégrés ?

L’idéal est de consulter une personne formée en IMP. En effet, l’accompagnant en IMP sera à même de faire un bilan complet de vos réflexes (avec beaucoup d’autres observations que celles présentées ici) et dispose de nombreux outils pour réintégrer vos réflexes. L’IMP étant une approche synthétique utilisant un grand nombre d’outils, de techniques et de méthodes du monde entier, les professionnels en IMP sont les experts idéaux pour « travailler » sur les réflexes archaïques. Ils vous proposeront en plus du bilan précis de vos réflexes, un ensemble de moyens d’intégration pour trouver ce qui correspond précisément à vos besoins et ceux de votre enfant. Ils pourront vous conseiller sur ce que vous pourriez faire dans votre vie quotidienne pour vous aider à développer vos réflexes primordiaux et en maintenir leur intégration. Ils pourront également vous montrer des activités, jeux, mouvements spécifiques à pratiquer chez vous.

Aliquam elit. lectus mattis vulputate, leo.